Publicité - Pour une oeuvre d'art

Dans le cadre de son parc de sculptures, l'Atelier 34zero Muzeum a créé un projet de panneau Publicité pour une oeuvre d'art. Sur une surface de 20m2 située dans l'enceinte verte de l'Atelier 34zero Muzeum, nous installons une reproduction d'oeuvre d'art imprimée sur une bâche. Sous forme de panneau publicitaire, cette image changera régulièrement.

 L'oeuvre d'art est choisie en fonction de son intégration dans le tissu social et de la ville. Ce projet international est un projet de partage de l'art contemporain dans le contexte du social art. Le public sera provoqué, intrigué, contaminé intellectuellement par cet investissement de l'espace public.

NOUVELLE SAISON 2016 - II

Pissing in Mouth, 2004 - Keith Boadwee (US)

Keith_Boadwee

 Au début des années 1990, l’artiste américain Keith Boadwee débute un travail, tant pictural que performatif, principalement destiné à exorciser la pudibonderie américaine traditionnelle. Lors de ses sessions d’expérimentation, l’artiste n’hésite pas à utiliser son propre corps, ses formes, ses orifices et ses fluides, pour produire des œuvres pop, colorées et théâtrales, provoquant l’exaspération autant que le rire. Pour Boadwee, la nudité est avant tout perçu comme un acte sociologique fort.

À l’image d’un circuit électrique, le corps de l’artiste mis en scène dans « Pissing in Mouth » (2004) fonctionne comme une boucle fermée : l’urine s’échappe de l’urètre pour atterrir dans la bouche de l’artiste, réactivant ainsi, instantanément, le cycle urinaire. Comme souvent chez Boadwee, matériau et œuvre s’amalgame dans le corps, cette source inépuisable d’inspiration qui continue de nourrir quotidiennement sa démarche artistique audacieuse, que d’aucun qualifierait de débauchée, qui ne semble connaître aucune limite si ce n’est celle qu’il s’impose.

 

SAISON 2016 - I

Ambleteuse, France - Jacques DE BACKER (BE)

debacker

 

 

 

 

 

 

 De la série " Mer agitée à peu agitée “

"Aux grandes marées les cueilleurs de moules se comptent par centaines.

C’est aux fesses démoulées que l’on reconnait

les meilleurs pêcheurs…"

Jacques De Backer

 _________________________________

SAISON 2015

Pissing in the wind - Fred ESCHER (US)

fred_escher

L’œuvre d'art Pissing in the Wind de l'artiste américain Fred Escher présente un homme qui urine face à la brise d'un ventilateur. La représentation est généreuse, le sujet convoque le sourire du spectateur, les couleurs éclaboussent littéralement la toile. Les œuvres d'Escher se présentent comme un plaisir des yeux, elles évoquent la joie propre aux enfants. Escher lui-même définit ses tableaux comme des piqûres de vivacité. De la même façon, ses peintures ont une tendance à la rébellion. Les gestes et les situations, qui sont représentés, naviguent à la frontière entre l'innocence et la désobéissance. Les personnages des tableaux d'Escher ne sont pas des figures qui apparaissent dans des visions ou des scènes oniriques, mais exécutent ce que 'le moi parallèle' de l'artiste lui souffle à l'oreille. L'expression anglaise, 'to piss in the wind', qui a donné le titre à l’œuvre, fait allusion à un acte futile ou contre-productif. Il semble néanmoins que le thème du pipi n'est guère futile. Le concours et les expositions sur le 'Pipi dans l'art', organisés par l'Atelier 34zero Muzeum, en sont la meilleur preuve. Rappelons que Manneken Pis figure parmi les emblèmes de notre capitale.

_______________________________

SAISON  2014 - II

La dame aux pivoines - Viviane JOAKIM (BE)

Viviane_Joakim_Dame_aux_pivoines

À l'occasion d'un séjour en Ukraine effectué entre 2003 et 2005, Viviane Joakim entre en contact avec les patients d'un hôpital psychiatrique et en réalise les portraits. La pureté des images, leur composition, la couleur et la lumière révèlent une grande force plastique et beaucoup de douceur. Des images simples et étonnamment paisibles. Joakim évite toute forme de misérabilisme avec pour point central l'homme et sa dignité. La Dame aux pivoines à suscité énormément de réaction de la part du public de par sa puissance émotionnelle. Que représente-t-elle pour vous ? Que vous évoque-t-elle ?

___________________________________

SAISON  2014 - I - À chacun son trône, Jean-Pierre BREDO (BE)

bredo_trône

Voguant entre sculptures, installations et ready mades, l'artiste belge Jean-Pierre Bredo réalise une œuvre exclusivement consacrée aux trois couleurs nationales de la Belgique. Depuis une quinzaine d'années, l'artiste rassemble et détourne une collection d'objets issus de tous horizons, teintés noirs, jaunes et rouges.

Au départ de sa démarche se trouve la découverte d'un torchon portant une bande imprimée aux couleurs du drapeau belge ! Sa recherche le mène ensuite vers tous les types de productions industrielles − ballons, couverts, pailles, moules à glaçons et beaucoup d'autres −, tous marqués du « sceau national ». En déplaçant ces objets utilitaires dans le champ artistique, Jean-Pierre Bredo transforme avec humour leur raison d'être fonctionnelle en un questionnement identitaire. Nationalisme ? Surréalisme ? Dérision ? Ironie ? Quelles certitudes se cachent derrière les couleurs du drapeau belge ?

_______________________________

SAISON 2013/14 - Documentary, Olav Westphalen (DE / SE)

westphalen

_______________________________

 

 Saison 2012/2013 - Rabbit, Patricia Waller (DE)

waller_rabbit

"Le travail effectué à propos du projet Rabbit renvoie à la valeur que l'on accorde aux différents êtres vivants. Aussi, le lapin que nous dégustons avidement lors de nos repas du dimanche ne possède pas la même importance à nos yeux que celui que nous avons adopté comme animal de compagnie. Tout comme, le jardinier dilletante ne se soucie pas de ses quotidiens empoisonnements, noyades et massacres de fourmies, de pucerons et de souris.

Le droit à la vie et à l'intégrité physique sont des droits fondamentaux, pourtant nous sommes quotidiennement confrontés à la violence. Ce travail questionne notre attitude face aux différentes formes de violence présentes dans notre société. La violence à laquelle nous sommes exposés, comme celle que nous exercons nous-même, et que nous consommons délicieusement." (Patricia Waller)

_______________________________

Saison 2011/12 - Accident de chasse, Pascal Bernier (BE)

Pascal_Bernier_Phoque

"Depuis des temps immémoriaux, l'une des questions principales que se pose l'humanité est: « que faire du cadavre? » à la différence des momies, les accidents de chasse ne sont d'aucune façon une préparation pour un voyage dans l'au-delà. Au mieux, ils cristallisent la gloire du chasseur qui impose l'immobilité de la créature vivante, le réduisant à son image. Au pire, ils deviennent des objets décoratifs vides de sens. Seul l'art permettra à l'animal (à titre posthume) de vendre chèrement sa peau" (Pascal Bernier)

_______________________________

Saison 2010/11 - Bipolar Perversion, Pascal Bernier (BE)

Pascal_Bernier_Bipolar_perversion


"Réalisée en 1999, quand les problèmes environnementaux et de changement climatique n'étaient pas encore médiatisés comme actuellement, l'œuvre Bipolar Perversion (Perversion bipolaire) nous montre une ourse blanche naturalisée "s'accouplant" avec un ours en peluche géant.
Ce "collage" nous parle de manière humoristique des rapports entre la Culture (et donc l'humanité) symbolisée par l'ours en peluche et la Nature symbolisée par l'ourse polaire.
Il s'agit toutefois d'un humour assez noir malgré les apparences car le message semble être qu'in fine la nature se "fait avoir" par la Culture.
Le titre"Perversion bipolaire" fait à la fois allusion à l'ours polaire et au trouble psychopathologique de la perversion bipolaire, très proche de la perversion narcissique.
C'est donc, sous des dehors humoristiques, une critique du rapport "perverti" que l'humanité entretient avec la nature, rapport basé sur la domination, l'exploitation sans limite et finalement la destruction.
L'absurdité de la scène (dans la réalité les ours polaires ne copulent pas avec les ours en peluche!) n'est que le reflet de l'absurdité de l'attitude de l'humanité par rapport à son environnement puisqu'à force de le soumettre, de l'exploiter et de le détruire c'est sans doute à sa propre perte qu'elle court en accélérant joyeusement.
Je peux comprendre que des gens soient choqués par l'aspect "sexuel" de l'œuvre mais personnellement, je trouve beaucoup plus obscène d'être confronté à une publicité pour un 4x4 ou à une affiche du Vlaams Belang." (Pascal Bernier).

Pascal_Bernier_Bipolar_perversion

Pascal Bernier (BE), Bipolar Perversion, 2001, Collection / Verzameling Communauté française de Belgique.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer